Review #18 / « La Coupure » : Fiona Barton, future reine du thriller psychologique ?

La coupure, c’est une coupure de presse sur laquelle tombent Kate Waters, éminente journaliste du Daily Post qui peine à trouver des enquêtes dignes de ce nom et Emma Massingham, employée dans une maison d’édition en souffrance.
La coupure fait état de la découverte d’un petit squelette de bébé au beau milieu d’un chantier. Et si l’instinct de Kate la pousse à creuser cette micro-histoire dans laquelle elle pressent qu’il se loge un peu plus qu’un chien écrasé, les quelques lignes propulsent Emma bien des années en arrière, mettant en danger sa santé psychique plus que fragile.
À ces deux femmes vient s’ajouter Angela dont le bébé a été enlevé à la maternité il y a une trentaine d’années et qui n’a jamais été retrouvé.

Les trajectoires de ces trois femmes, initialement mues par des motivations différentes, vont se rejoindre autour de la figure de ce bébé enterré sous une jardinière. L’enquête de Kate et celle de la police vont remuer des blessures profondes chez Emma et Angela mais elles vont également mettre au jour des meurtrissures jamais énoncées chez d’autres femmes dont les voix vont venir rejoindre le trio.

La Coupure, plus qu’un très bon thriller psychologique, est un roman choral sur ce que ça peut être d’être une femme, une jeune fille et une mère. Le récit questionne la possibilité d’une parole face à la tragédie, mais aussi la possibilité de survivre quand on a été confronté(e) au pire.

La Coupure s’inscrit donc naturellement dans la lignée de La Veuve, premier et superbe thriller psychologique de Fiona Barton dont l’expérience du milieu journalistique apporte une densité plus qu’appréciable au récit.
Si l’auteure continue à monter en puissance comme ces deux thrillers psychologiques semblent le présager, le troisième fera sûrement d’elle l’un des meilleurs auteurs du genre.

La Coupure, de Fiona Barton
Fleuve Noir, 2018, 477 pages, 20,90 €

Les polars de l’été #5 / « Elles », le roadtrip identitaire

Tanya Dubois n’existe pas.
Et pourtant, c’est elle qui assiste à la chute mortelle de son mari dans l’escalier de leur maison. Face au corps gisant de Frank, Tanya décide de prendre la fuite. Elle pourrait appeler la police et expliquer l’accident mais elle choisit de ne rien faire : elle n’a pas envie d’affronter les questions et une enquête. Et, à dire vrai, on peut comprendre. C’est une question que l’on se pose parfois : « Qu’est-ce que je ferais si ».
Or Tanya voit dans la situation présente une occasion de fuir une vie misérable qui ne correspond en rien aux attentes qu’elle avait pour sa propre vie. Débute alors un roadtrip de fuyarde, pavé d’une succession de masques que prendra Tanya pour rester libre.

« Elles » est un roman américain, un peu particulier et qui m’a laissé une sensation un peu similaire à « La Ville des morts » de Sara Gran. On est loin du page-turner qui offre une satisfaction immédiate mais ne laisse pas de souvenir solide. Les 342 pages sont denses, fournies et méritent qu’on prenne le temps de les lire.
Il m’a fallu du temps pour en venir à bout, non pas à cause de l’écriture – qui est de grande qualité – mais à cause des mises en place successives qui s’imposent à l’auteure et donc au lecteur. Tanya change d’identité six fois, ce qui implique six univers différents – bien qu’ils ne le soient pas tant que cela – et de nouveaux personnages à découvrir et à intégrer tout au long du récit. Le fil, on ne le perd pas. Et le talent de Lisa Lutz, l’auteure, est particulièrement perceptible dans cette façon qu’elle a de garder le cap, de ne jamais se dédire et de ne pas user de gratuité. Rien n’est superflu, tout, dans ce roman, converge vers la révélation finale.

« Elles », Lisa Lutz
Éditions du Masque, 2018
342 pages, 20,90 €

Les polars de l’été #3 / « Pleasantville » thriller politique texan, noir de chez noir

Je continue à compiler les bonnes lectures que je fais depuis le début officiel de l’été, au cas où cela vous aiderait à choisir parmi les centaines de livres qui s’étalent en librairie ou en ligne.

Ça faisait un bout de temps que les livres s’entassaient dans mon salon, il me faut donc faire des choix au fil de mes valises… L’entreprise n’est jamais simple (on est tous d’accord, les valises sont toujours trop petites et les journées d’été beaucoup trop courtes), mais bizarrement les livres s’imposent toujours d’eux-mêmes. Il y a ceux que l’on avait mis de côté en hésitant, de peur de rater quelque chose, et il y a ceux que l’on avait choisis tout de suite à cause de leur couverture, de leur 4e ou de ce qu’on avait pu lire ou entendre à leur sujet. Pleasantville, je l’avais mis de côté pour mon normand, en raison de son amour pour les fictions politiques. Mais finalement, c’est moi qui l’ai lu et moi qui l’ai adoré ! Du coup, je vous le conseille et je vous raconte un peu de quoi il est question.

 

Pleasantville est une petite ville du Texas. Une ville un peu particulière parce qu’elle représente un bastion d’électeurs noirs, de ceux qui sont capables de faire basculer une élection à grande échelle.
Et en cette année 1996, c’est Axel Hathorne (ancien chef de la police) qui se présente pour obtenir un premier mandat de maire qui fera de lui, par la même occasion, le premier maire noir de la ville depuis sa fondation (260 ans plus tôt). L’enjeu est de taille. Face à lui et au coude-à-coude, Sandy Wolcott, district attorney flanquée de la plus redoutable cheffe de campagne, Reese Parker.

Jay Porter est avocat. Mais depuis un an il n’est plus que l’ombre de lui-même. Depuis le décès de sa femme qu’il n’a pas accompagnée dans sa maladie, à cause d’un procès sans fin qu’il intente au nom de Pleasantville à une grosse firme qui a empoisonné les sols de la région en déversant ses déchets toxiques dans un lac, il est complètement à la traîne. Les habitants sont tombés malades, leurs maisons ont été ruinées et ils attendent depuis une éternité que la firme paie ce à quoi elle a été condamnée : des dizaines de millions de dollars qui, partagées entre les centaines d’habitants leur permettra au moins de déménager.
Depuis un an donc, Jay Porter n’a qu’une peur : devoir retourner au tribunal, devoir plaider… devoir faire son travail à nouveau. Tout ce qu’il veut à présent, c’est veiller sur ses deux enfants, Ellie et Ben, et faire son deuil avec eux. Seulement les habitants s’impatientent, comme de juste. La colère gronde et Jay se terre.

C’est dans ce climat orageux que la jeune Alicia Nowell disparaît à un carrefour, un soir d’élection. Le soir du premier tour. Puis son corps est retrouvé et son nom rejoint ceux des deux autres jeunes filles disparues il y a peu à Pleasantville et dont on n’a jamais retrouvé l’assassin.

Neal Hathorne, neveu et conseiller politique d’Axel est rapidement désigné comme le suspect numéro un : son numéro figure dans la liste des dernières personne à avoir contacté le bipper d’Alicia. Mais Neal l’assure, il ne sait pas qui est cette jeune fille, il ne se souvient pas lui avoir parlé et encore moins l’avoir rencontrée. Et, chose étrange, personne ne semble vouloir faire le lien entre le meurtre d’Alicia et celui des deux autres filles…
Par un étrange concours de circonstances et sans savoir vraiment ce dans quoi il s’embarque, Jay va prendre la défense de Neal et devoir prouver au monde, mais surtout à Pleasantville, que le jeune homme est innocent.

Mais cette affaire prend rapidement un tour politique et Jay se retrouve pris entre une multitude de feux qui vont mettre toute sa famille en danger. Alors qu’il devait défendre un client, il va devoir prouver à toute une population qu’elle se fait manipuler par les politiques qui la gouverne (et qu’elle élit) et surtout, il va devoir mettre la main sur un tueur qui rôde et qui menace chaque jour de repasser à l’acte.

Pleasantville, de Attica Locke, éd. Gallimard, Série Noire (2017)
513 pages, 22 €

Reviw #16 : « La Disparue de la cabine n°10 » de Ruth Ware

La Disparue de la cabine n°10 : un super thriller dans la veine de « La Fille du train »… 

Laura Blacklock est journaliste pour une revue de voyage : « Velocity ». Son ambition : remplacer sa boss pendant son congé maternité à venir. La première étape de ce véritable projet professionnel : embarquer à bord de l’Aurora, yacht super-luxe proposant des croisières à aurores boréales à seulement 20 privilégiés (on imagine le prix du voyage). Cette opportunité devient réalité quand sa collègue déclare forfait et lui laisse sa place. Laura se sent pousser des ailes.

Seulement voilà, à quelques jours du départ, Laura est réveillée en pleine nuit par un bruit bizarre. Elle se lève, précédée de son chat, et tombe nez-à-nez avec un cambrioleur qui lui referme la porte dessus. Traumatisée et tuméfiée, Laura décide malgré tout de rejoindre l’Aurora.

Une fois à bord, elle rencontre le groupe de passagers hyper-fortunés et hyper-influents qui navigueront avec elle.
La première nuit, Laura, encore traumatisée par le cambriolage dont elle a été victime, est réveillée par un cri et du mouvement dans la suite n°10. Elle a emprunté un tube de mascara à la très jolie fille qui l’habite et qui portait un tee-shirt des Pink Floyd quelques heures plus tôt. Laura entend du bruit, comme un gros plouf. Elle se précipite sur la terrasse de sa suite et aperçoit comme une main qui flotte à la surface des vagues. Puis,  sur la vitre de la balustrade de la cabine n°10, une traînée de sang.

Convaincue d’avoir assisté à un meurtre, Laura va commencer par alerter l’équipage. Mais son traitement à base d’antidépresseurs, sa tendance à boire un peu plus que de raison et surtout son récent traumatisme vont faire d’elle un témoin peu crédible.

Mais surtout, elle apprend, en même temps qu’elle confesse le drame dont elle a été victime, que celle qu’elle pense avoir vu se noyer, n’existe pas. La cabine n°10 est censée être vide, personne ne connaît la jeune femme qui lui aurait prêté le tube rose et vert.

Laura se lance donc dans une enquête à huis clos qui rappelle Agatha Christie, mais aussi Stephen King et Paula Hawkins (pour ne citer qu’eux).

Je n’ai pas lâché ce roman absolument trépidant et intense ! Une vraie réussite sur tous les plans.

 

Review #13 / « Poussière tu seras » de Sam Millar

 

J’avais lu Un Sale hiver, de Sam Millar (il est dans ma bibliothèque, rayon polars, en poche) et j’en avais gardé un très bon souvenir, très précis. Je me souvenais de Belfast, des descriptions sublimes de la ville, de l’ambiance, du détective Karl Kane, de l’humour qui tranchait tant avec la trame narrative, les faits décrits.

2228834-gf

Quand j’ai trouvé Poussière tu seras d’occasion quelque part en poche (je ne sais plus où), je n’ai pas hésité une seconde. Je l’avais posé sur ma pile à lire il y a déjà plusieurs mois, avant de recommencer à lire des polars, thrillers et autres romans noirs. Je traversais alors une phase « no-crime« , pendant laquelle j’étais incapable de lire quoi que ce soit du genre. J’avais fait une overdose, comme ça m’arrive immanquablement tous les 6 mois.

J’essaie toujours d’alterner mes lectures pour ne pas trop embrouiller ma mémoire. Si je lis deux thrillers ou polars à la suite j’ai beaucoup de mal à séparer mes souvenirs, à les cloisonner. Il en résulte que je deviens complètement incapable, quelques mois plus tard, de résumer ce que j’ai lu ou d’en parler.

Bref. J’ai donc lu, entre hier et aujourd’hui, Poussière tu seras. Dès le début, j’ai reconnu cette pâte particulière, j’ai retrouvé ce style impeccable, subjuguant de Sam Millar, exactement tel que je me le rappelais, mais en un peu mieux encore. L’atmosphère irlandaise, cet espèce de brouillard qui surplombe tout, brouillant l’horizon, l’assombrissant jusqu’à nous rendre aveugles.

On suit cette fois Jack Calvert, inspecteur de police à la retraite (lui aussi) qui part à la recherche de son fils disparu dans la forêt après avoir trouvé un bout d’os appartenant à une fillette disparue depuis trois ans.

C’est un livre très beau, très sombre, mais franchement, très difficilement tolérable.
Je ne me souviens pas du tout d’avoir ressenti ça en lisant Un Sale hiver. Je n’ai pas ressenti ça en lisant Un Sale hiver.
J’avais aussi Les Chiens de Belfast. Je l’avais en grand format, et pourtant impossible de le retrouver dans ma bibliothèque… Impossible aussi de me souvenir de l’histoire, de ce que j’en avais pensé. Alors je suis allée regarder les avis sur Internet. Forcément, maintenant, ça me dit quelque chose. Je pense que je n’ai pas lu ce livre, j’ai dû le donner ou le revendre.

Quoi qu’il en soit, je n’offrirai probablement pas Poussière tu seras, je ne le prêterai sans doute pas non plus et je ne le conseillerai qu’aux lecteurs très, très habitués aux crime stories gore, voire hardcore.

En fait je ne le conseillerai pas. J’espère juste ne pas faire trop de cauchemars dans les semaines qui viennent ! En revanche, lisez Un Sale hiver !