Review #7 / Pourquoi je n’ai pas aimé « La Disparition de Josef Mengele »

Je n’ai pas aimé La disparition de Josef Mengele et je me sens donc un peu seule quand je lis les avis des autres sur ce livre qui a reçu le prix Renaudot 2017.

Déjà, je ne comprends pas pourquoi on l’a estampillé « roman » alors qu’une bonne moitié du livre (au moins) relève davantage de l’essai, de la recherche historique (ce qui donne d’ailleurs un article Wikipédia de plus d’une centaine de pages). Et je n’aime pas qu’on me vende des vessies pour des lanternes (oui je sais, je dévoie l’expression « prendre des vessies pour des lanternes »). Ma théorie est que le texte n’étant pas à la hauteur de l’essai (pour lire un contre-exemple absolu, lisez Laetitia, ou la fin des hommesde Ivan Jablonka, un chef d’œuvre du genre), il a été décidé de le présenter comme un roman. Or le roman n’est pas un genre poubelle, on ne peut pas y fourrer systématiquement tous les textes qu’on n’arrive pas à classer (souvent en raison de leur médiocrité d’ailleurs).

895536

Mais si je devais être précise (et indulgente) je dirais que la fin du livre, en effet, relève plus ou moins de la fiction (d’une Histoire mise en fiction), puisque Olivier Guez (l’auteur) tente de se glisser dans la vie de Josef Mengele. Je précise « tente de » parce que je n’ai pas trouvé sa personnalisation cohérente. Je ne l’ai pas non plus trouvée efficace : à la différence des Bienveillantes de Jonathan Littell on n’a à aucun moment l’impression de comprendre l’homme que l’on nous fait suivre. On ne compatit pas, aucun problème n’est réellement soulevé. On a l’impression d’avoir à faire à différents hommes qui s’appelleraient tous Josef Mengele. J’en ai tiré l’impression que l’auteur avait pas mal de restes de recherches en stock et qu’il avait décidé d’en faire un livre pour qu’elles ne se perdent pas (comme on fait des tartes à base de fruits plus très frais).

1001004007798201

Donc tout ça pour dire que je n’ai pas aimé ce livre que j’ai trouvé de piètre qualité et que je ne comprends plus le jury du prix Renaudot (je ne comprends plus non plus celui du Goncourt remarquez… Peut-être devrais-je me poser des questions !).

En revanche je vous conseille de lire Laetitia et Les Bienveillantes !

Publié par

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s